Le dernier carré est connu pour l’Apertura mexicain et tous les regards convergent vers l’América et son étiquette d’immense favori que les trois autres membres du carré final espèrent bien faire tomber.

bandeauprimeira

Ils martyrisent les défenseurs, broient des équipes et font désormais peur à tout le monde. Les joueurs de l’América ont étrillé Puebla, équipe fraîcheur du championnat (6-1 ; 5-1, score final 11-2), pour s’adjuger une place en demi-finale et ainsi le statut de grand favori au titre d’Apertura 2022. Arrivé dans l’anonymat en tant qu’intérimaire, Fernando Ortiz propose un football explosif avec le club le plus exigeant du Mexique. Tous ses attaquants sont impliqués et son milieu technique et ultra-offensif donne le tournis, en témoigne la flopée de buts venus de situations différentes à chaque fois : le buteur Henry Martín, le milieu inconnu il y a encore un an Alvaro Fidalgo sont actuellement les meilleurs du championnat. Difficile de dire ce qui pourra arrêter l’América dans sa quête d’un quatorzième titre de champion.

Si l’América part avec la faveur des pronostics, cette demi-finale face à Toluca reste tout de même intéressante. Sixièmes à la fin du tournoi, les Choriceros sont imprévisibles et possèdent une attaque aussi vertigineuse avec les buteurs prolifiques Jean Meneses et Camilo Sanvezzo, en témoigne leur quart de finale face à Santos, l’un des prétendants (4-3 ; 2-1, score finale 6-4). Si le gardien brésilien Tiago Volpi parvient à organiser sa défense pour qu’elle ne prenne pas l’eau face aux estocades americanistas, alors le match peut être plus serré qu’il n’y parait.

L’autre demi-finale est bien plus serrée : Monterrey, deuxième au classement, affronte Pachuca, quatrième. Les Rayados ont sorti facilement Cruz Azul, dont on ne donnait pas cher la peau (0-0 ; 3-0). Rogelio Funes Mori, Maxi Meza, Germán Berterame, Jesús Gallardo, Arturo González : l'attaque est prolifique et éclectique, tant le nombre de buteurs est différent lors de chaque rencontre. En face, Pachuca a sorti logiquement une équipe de Tigres peu équilibrée, dans laquelle Gignac marque souvent mais participe de moins en moins au jeu, et où Thauvin peine encore à trouver sa place. Dirigée par Jorge Almada, Pachuca est une équipe parfaitement équilibrée qui peut sortir Monterrey en faisant déjouer cette équipe offensive mais parfois peu structurée. Le milieu 100% mexicain composé de Luis Chávez, qui devrait obtenir in extremis sa place au Mondial, Erick Sánchez et Victor Guzmán, est probablement le plus complet et le plus esthétique de Liga MX. Si l’América reste grand favoris, les outsiders Monterrey et Pachuca ont les arguments pour créer le genre de surprise dont la Liguilla raffole tant.

 

Photo : Manuel Velasquez/Getty Images