Parmi les plus de mille buts de Pelé, il y a quelques buts d’exception, comme celui inscrit face à Fluminense le 5 mars 1961, donnant naissance au Brésil à l’expression « gol de placa ».

bandeaubielsa

En mars 1961, Pelé n’a encore que vingt ans mais est déjà un Roi au Brésil et dans le monde entier. Champion du monde en 1958, Pelé a déjà marqué 370 buts en carrière en seulement 343 matchs, mais a été forfait pendant trois semaines en février 1961, ratant même deux matchs avec la Seleção, après un choc reçu à la tête lors d’un match contre Nexaca. Pelé est rétabli à temps pour le début du tournoi Rio – São Paulo, qui réunit les cinq meilleurs clubs des États de São Paulo (São Paulo FC, Palmeiras, Corinthians, Santos, Portuguesa) et de Rio de Janeiro (Fluminense, Flamengo, Vasco, Botafogo, América). Chaque club affronte une fois tous les clubs engagés et à l’issue des neuf journées, les trois meilleurs clubs de São Paulo et les trois meilleurs clubs de Rio de Janeiro sont qualifiés pour le tour final, où les clubs affrontent uniquement les clubs de l’autre État.

Les mille (et quelques) buts de Pelé

En 1961, Santos débute le tournoi par une victoire 5-1 contre Vasco au Pacaembu alors que Fluminense s’impose 3-2 face au São Paulo FC. Les deux équipes se retrouvent le 5 mars au Maracanã pour le premier tournoi officiel de l’année après une tournée au Costa Rica et au Mexique pour le Peixe. Pelé n’a plus joué au Maracanã depuis juillet 1960 où il avait été buteur lors de la victoire 5-1 face à l’Argentine avec la Seleção. En début de rencontre, le Roi met fin à une série de trois matchs sans marquer en ouvrant le score dès la troisième minute face à Castilho, futur entraîneur de Santos qui remportera le championnat paulista 1984. Le chef-d’œuvre de Pelé arrivera quelques minutes avant la fin de la première mi-temps. Pelé reçoit le ballon dans son camp et dribble successivement Edmilson, Valdo, Clóvis, Altair, Pinheiro et Jair Marinho avant de tromper Castilho. Un but exceptionnel entraînant les applaudissements de tout le Maracanã, les supporters de Fluminense se lançant dans une standing ovation de deux minutes avant d’applaudir à nouveau une fois la mi-temps sifflée.

Le reste de la rencontre, finalement remportée 3-1 par Santos, n’aura plus d’importance, les spectateurs viennent d’assister à un moment historique, « un but pour entrer dans l’histoire » selon O Globo. Le lendemain, le journaliste Chico Sá écrit pour le journal santista A Tribuna : « Je vais dédier aujourd’hui ces lignes à Pelé. Je n’aime pas vraiment ce genre d’hommages, car je sais que le football se joue à onze et pas seulement un. Mais on dirait que ce but au Maracanã n’a jamais eu lieu au Brésil, ou du moins, dans le plus grand stade du monde. La presse carioca (la presse paulista et la nôtre aussi hein) était bouche-bée et l’est encore ! Ébahie, stupéfaite, abasourdie : c’était tout cela. Pelé “Hors Concours”. Merci pour le spectacle incroyable. C’était un moment de sublimation inexprimable, quand il a senti à quel point il était aimé par les supporters cariocas. Même le staff de Fluminense l’a applaudi ». Présent en tribune, Joelmir Beting, journaliste pour O Esporte, décide de payer de sa poche une plaque commémorative qu’il offre au Maracanã avec l’inscription : « Sur ce terrain, le 5 mars 1961, Pelé a marqué le but le plus beau de l’histoire du Maracanã ». Ce but gagne ainsi un surnom, comme le rappelle Pelé dans son autobiographie Ma vie : « On baptisa d’ailleurs ce but “o gol de placa”. Depuis, quand les Brésiliens qualifient un but particulièrement beau de “gol de placa”, c’est en référence à la perfection de ma réalisation ce jour-là ».

Mais alors ce but, où peut-on le voir ? Nulle part, malheureusement. Le match a pourtant été filmé, les trois autres buts de la rencontre sont disponibles, mais la bande vidéo du but de Pelé a été subtilisée, et pour ne pas entraîner de décalage avec la bande son, remplacée par une autre bande d’une même durée, l’histoire ne dit pas par qui. Il ne reste donc que le commentaire à la radio de Pedro Luiz et les témoignages de ceux présents au stade, comme le coéquipier de Pelé, Pepe, meilleur buteur de l’histoire de Santos selon lui puisque « Pelé venait d’une autre planète ». Interrogé par le site de la FIFA, Pepe était revenu sur ce but du 5 mars 1961 : « C’est le plus beau but que j’ai vu dans ce stade. Il est parti à une vitesse incroyable. Castilho, qui était un fantastique gardien, a à peine vu le ballon passer devant lui. Tout ce qu’on pouvait faire était de regarder bouche-bée Pelé avancer vers le but. C’était quelque chose qu’on faisait régulièrement en réalité. Le pire, c’est que le mec a marqué tellement de buts, dont beaucoup de magnifiques, que ce n’était même pas le plus beau que je l’ai vu marquer. Celui-là est arrivé rua Javari ». En 1959, dans l’ambiance hostile du stade rue Javari, qui accueille le Juventus, petit club de São Paulo, Pelé réalise quatre coups du sombrero de suite, le dernier sur le gardien, avant de marquer dans le but vide.

Pelé réalise une année 1961 exceptionnelle, marquant notamment trente-quatre buts en seulement quatorze matchs sur les mois d’août et septembre. Au cours de cette série incroyable, Pelé marque contre Guarani un nouveau « gol de placa », décrit dans son autobiographie Ma vie : « J’avais lobé deux défenseurs avant d’en effacer un troisième, pour finalement décrocher un tir puissant qui avait fait trembler la transversale par en dessous et rebondi à la verticale. L’arbitre João Etzel Filho accorda le but malgré les protestations des joueurs du Guarani et des supporters, qui disaient que le ballon n’avait pas franchi la ligne. “Vous savez quoi ? dit Etzel. L’action était tellement belle que je vais l’accorder, qu’il soit rentré ou pas. But de Pelé, un point c’est tout !”. » Surtout, Pelé gagne des titres, à commencer par le championnat paulista, compétition dont il termine meilleur buteur avec 47 buts en 26 matchs ! Pelé remporte également des compétitions amicales comme le tournoi d’Italie, le tournoi international du Costa Rica, le tournoi pentagonal de Guadalajara et le prestigieux tournoi de Paris avec un doublé en finale contre Benfica. En fin d’année, Pelé inscrit un triplé contre Bahia, permettant à Santos de décrocher pour la première fois de son histoire la Taça Brasil, le championnat national de l’époque. Finalement, le seul titre qui manquera à Pelé lors de cette année 1961 sera le tournoi Rio – São Paulo, remporté par Flamengo. Pelé inscrit pourtant un triplé contre ce même Flamengo, humilié 7-1 au Maracanã lors du premier tour, une semaine seulement après le « gol de placa », mais Santos s’écroule lors du tour final avec trois défaites en trois matchs, Pelé ne jouant seulement que lors de la courte défaite 2-1 contre Vasco.

Pelé, la saga

En 1999, Pelé rencontre Joelmir Beting et lui remet à son tour une plaque avec l’inscription suivante : « Gratitude éternelle à Joelmir Beting. Gratitude éternelle de l’auteur du gol de placa à l’auteur de la placa do gol ». Pelé lance un nouvel appel pour retrouver la vidéo du but, sans succès. À défaut, le but sera reconstitué dans le cadre du film Pelé eterno par les U16 de Fluminense, le difficile rôle de Pelé étant attribué à Toró, qui débutera ensuite en professionnel avec Fluminense avant de passer par Flamengo où il remportera le Brasileirão 2009. Pelé lui ne reverra jamais son but du 5 mars 1961, mais laisse au football brésilien une expression toujours d’actualité, le « golaço » désignant un but magnifique alors que le « gol de placa » est réservé aux buts vraiment exceptionnels, ceux où l’on sait de suite en les voyant que l’on vient d’assister à un moment historique et privilégié.

 
Publié le 5 mars 2020, mis à jour le 5 mars 2021