Encore adolescent quand il débarque en Europe, Son Heung-min a confirmé les espoirs placés en lui. Depuis 2008 et son arrivée à Hambourg, sa progression est constante et il est maintenant un joueur reconnu au sein d'un membre du Big 6 anglais. Lucarne Opposée vous propose de revenir sur la carrière de l'un des meilleurs joueurs asiatiques de l'Histoire.  

banlomag

Située à environ quatre-vingt-dix kilomètres au Nord-Est de Séoul, Chuncheon, la capitale de la province du Gangwon, ne se doute pas un instant qu'en cet été 1992, l'un des futurs plus brillants footballeurs du pays et du continent vient de voir le jour. Son Heung-min est le rejeton de Son Woong-jung. Cet ancien attaquant, passé par Sangmu, Hyundai Horangi et Ilhwa Chunma connaît une carrière courte et modeste dont le point d'orgue est sa sélection au sein de l'équipe nationale B. Peu après ses premiers pas, Son Heung-min débute le football. Le jeune garçon bénéficie d'une enfance sportive dans le sillage de son frère aîné Son Heung-yun. Une enfance sportive mais une enfance très stricte imposée par un père débordant d'ambitions pour sa progéniture. Obnubilé par le sport et le football, le jeune garçon ne s'intéresse pas aux autres loisirs tels que les jeux vidéo ou autres jouets. De toute façon, il n'a pas de temps à y consacrer. 

« Notre père nous frappait beaucoup pendant l'entraînement. Cela serait inimaginable aujourd'hui. Certains de nos voisins doutaient même qu'il soit notre vrai père. Mais même quand il était réprimandé par notre père, Heung-min était capable de hausser les épaules et sourire. » - Son Heung-yun  

Son père lui impose d'interminables séances d'entraînement. Il peut passer pas moins de six heures par jour, tous les jours, à répéter les bases du parfait petit footballeur. Parfois, les deux garçons se voient imposer quatre heures de jonglerie. Mais, souvent, au bout de trois heures, leurs yeux rougis par la fatigue aperçoivent alors trois ballons au lieu d'un. Un régime strict, intense concentré exclusivement sur le football et basé sur la technique et la volonté de gagner. À partir de quatorze ans, il reçoit l'autorisation de son père de jouer des matchs en compétition. Avant cet âge, Son Woong-jung pense que cela peut ruiner le potentiel d'un jeune athlète en sollicitant trop tôt ses muscles. En 2008, il intègre l'académie du FC Séoul et rejoint le lycée Dongbuk où évolue les U18 du club de la capitale. Mais rapidement, et sous l'impulsion de son père (peu satisfait de la qualité des entraînements de son club), il bénéficie du Projet Jeunesse de la Fédération sud-coréenne qui permet aux lycéens footballeurs de poursuivre leur formation en Europe.

Dans les pas de Cha Bum-keun

Comme l'ancienne star de l'équipe nationale, Cha Bum-keun, ex-joueur de Darmstadt, de l'Eintracht Francfort et du Bayer Leverkusen dans les années 70/80 (lire Cha Bum-keun, la légende sud-coréenne : épisode 1 et épisode 2), Son Heung-min (16 ans) commence son parcours européen en Allemagne. Hambourg le prend alors dans son centre de formation. Cependant, si l'adaptation footballistique ne lui pose aucun problème, le jeune homme souffre de l'éloignement avec sa famille et sa culture. D'ailleurs, il est également confronté à la barrière de la langue et au racisme. Déterminé à réussir en Europe, il met toutes les chances de son côté et apprend la langue de Goethe en regardant des épisodes de Bob l'éponge. Attaquant polyvalent évoluant principalement sur une aile, le Sud-coréen poursuit son apprentissage dans le nord de l'Allemagne et prend part à des matchs de la réserve. Lors de la présaison 2010/11, il se fait remarquer en claquant neuf buts. Suffisant pour obtenir son premier contrat pro le jour de ses dix-huit ans. Une blessure contractée contre Chelsea le laisse deux mois sur le flanc mais, à peine rétabli, Armin Veh lui offre sa première titularisation contre Cologne. Son Heung-min ne met que vingt-quatre minutes pour faire trembler les filets. Avec cette réalisation, il devient le plus jeune joueur de Hambourg à marquer un but en Bundesliga, battant le record détenu par Manfred Kaltz. Très vite, les experts font le parallèle avec Cha Bum-keun et lui prédisent un avenir aussi radieux. Hambourg lui offre une prolongation de contrat jusqu'en 2014 pour éviter de se faire subtiliser leur nouveau prodige. 

« Il n'avait jamais vraiment aimé le kimchi (plat traditionnel coréen à base de chou fermenté) mais il pleurait, il disait qu'il voulait manger du kimchi et que la famille lui manquait. » - Son Heung-yun

Au total, le Sud-coréen termine la saison avec un bilan honorable de trois buts en treize apparitions en championnat. Comme l'année précédente, le natif de Chuncheon brille lors de la préparation estivale. Même si l'opposition est faible, il enquille la bagatelle de dix-huit buts en neuf rencontres. Cependant, l'équipe ne connaît pas une semblable réussite en Bundesliga. Plombé par un début de saison catastrophique, Hambourg passe la totalité de l'exercice dans la seconde partie de tableau. Le temps de jeu de Son Heung-min augmente (vingt-sept apparitions), son nombre de buts (cinq) également. Il permet même à son club d'éviter la relégation grâce à des réalisations essentielles dans la lutte pour le maintien contre Hanovre (1-0) et Nuremberg (1-1). Avec les départs en attaque de Mladen Petrić et Paolo Guerrero à l'aube de la saison 2012/13, Thorsten Fink le promeut titulaire. L'entraîneur des Rothosen ne regrette pas son choix. Rapide, endurant, capable de frapper des deux pieds, de jouer dans la profondeur ou les petits espaces, Son Heung-min réalise un très bon exercice avec notamment une brillante victoire au Signal Iduna Park contre Dortmund (1-4) marquée par un doublé et un titre d'Homme du match. Auteur de douze buts en trente-trois rencontres, il est le cinquième footballeur sud-coréen à atteindre un score à deux chiffres en Europe.

Ses performances ne laissent pas indifférent les recruteurs. Encore une fois, les routes des deux joueurs Sud-coréens se suivent. À l'instar de son illustre aîné en 1983, Son Heung-min s'engage avec le Werkself. Contre dix millions d'euros, soit le montant le plus élevé de l'histoire du club à l'époque, il s'engage avec le Bayer Leverkusen. Et encore une fois, aucun problème d'adaptation dans son nouveau club. Prolifique lors de l'intersaison, l'attaquant poursuit sur sa lancée en championnat et inscrit son premier triplé en carrière contre le HSV. Le Coréen sait se montrer décisif comme lors de la victoire contre le BVB (0-1) qui place son équipe à quatre points du leader ou comme contre le Werder Brême (2-1) qui assure la présence du club en Champion's League. La saison suivante, il confirme les attentes placées en lui. Après une première expérience mitigée en C1, le buteur démontre ses capacités au plus haut niveau européen avec plusieurs réalisations contre Copenhague lors du tour préliminaire puis face à Benfica et le Zenit en phase de groupes. Le parcours continental s'interrompt dès les huitièmes de finale après un mano a mano très serré avec les Colchoneros (1-0 / 1-0 - 3-2 tab). En Bundesliga, Son Heung-min accomplit encore une très belle année avec onze buts au compteur dont un nouveau hat-trick contre Wolfsbourg (4-5). Meilleur buteur du club (ex æquo avec Bellarabi), sa réussite devant le but assure une autre qualification européenne au Bayer. Mais l'aventure germanique est sur le point de se terminer. Après un septennat outre-Rhin, il change de pays et de championnat lors des derniers jours du mercato estival pour rejoindre Tottenham.

London Calling

Si le Sud-coréen n'a seulement que vingt-trois ans quand il découvre la Premier League, il possède néanmoins déjà une solide expérience matérialisée par cent-soixante-cinq matchs et quarante-neuf buts (toutes compétitions confondues). Ardemment désiré par Mauricio Pochettino, l'Argentin n'hésite pas à débourser trente millions d'euro pour s'attacher ses services. Avec ce transfert, il dépasse le record établi par le Japonais Hidetoshi Nakata (transféré en 2001 de Rome vers Parme contre vingt-cinq millions d'euro) et devient le joueur asiatique le plus cher de l'Histoire. Après des débuts réussis notamment face à Crystal Palace où son but salvateur à White Hart Lane offre le premier succès de la saison à domicile (1-0), la nouvelle recrue des Spurs n'arrive pas vraiment à s'imprégner du rythme éreintant de la Premier League. Installé sur une aile, droite ou gauche en fonction des matchs, Pochettino le fait évoluer dans un 4-3-3 pour servir au mieux le nouveau Prince du Nord de Londres Harry Kane. Le Sud-coréen ne rechigne pas à la tâche mais doit trouver la bonne carburation. Plus remplaçant (quatorze) que titulaire (dix) en championnat, il n'atteint pas la barre des dix buts ou plus depuis trois ans. Une première année plus formatrice que réellement décevante pour un joueur encore relativement jeune. Cependant, déçu par son bilan, il demande à son coach de quitter Londres. L'ancien défenseur de l'Espanyol de Barcelone ne souhaite pas s'en séparer et lui offre plutôt l'opportunité de batailler pour gagner sa place de titulaire. 

« Peu importe où je joue. L'essentiel, c'est que je sois sur le terrain. Je peux jouer en tant que deuxième attaquant ou derrière. Quoi que dise l'entraîneur, je ferai ce qu'il faut. Je n'ai pas de position favorite. » - Son Heung-min

Le joueur saisit sa chance. Il travaille dur et se voit récompenser de ses efforts. Le 10 septembre 2016, il ouvre son compteur contre Stoke City avec un doublé et une passe décisive pour un succès 4-0. Il récidive contre Middlesbrough (1-2) avec un autre doublé. En vingt-cinq matchs de moins que la saison précédente, Son Heung-min vient d'égaler son nombre de buts inscrits en 2015/16. Pochettino salue sa métamorphose et déclare aux médias : « c'est une personne différente - il est plus mûr et il connaît la ligue et il s'est installé de façon fantastique maintenant. » Ses performances lui valent également le trophée honorifique de Joueur du mois de septembre, une première pour un Sud-coréen et un Asiatique. En confiance, l'ailier des Spurs semble libéré. Il tente des gestes (dribbles, frappes, courses ...), parfois même très difficiles, et les réussit. Tottenham profite de la bonne forme du Coréen mais aussi de Dele Alli, de Christian Eriksen et de l'inévitable Harry Kane pour s'insérer dans le wagon de tête en championnat. Les prestations de l'équipe en Champion's League sont plus décevantes et, dans un groupe pourtant abordable (Bayer Leverkusen, CSKA Moscou et Monaco), les Londoniens sont reversés en Europa League mais quittent rapidement la compétition. Après une période creuse, il enquille à nouveau les buts au printemps. Contre Millwall en FA Cup, Son Heung-min doit subir les insultes racistes des « fans » des Lions mais il répond sur le terrain en scorant un triplé (6-0). Auteur de cinq buts en six matchs du mois d'avril, il remporte à nouveau la récompense de Joueur du mois. Une prouesse unique lors de cette saison 2016/17. Au total, il accumule vingt-et-une réalisation (toutes compétitions confondues). Sa meilleure série en carrière. Malgré la réussite de ses éléments offensifs, Tottenham n'en profite pas et ne remporte aucun titre (second en PL, demi-finaliste en FA Cup et quatrième tour de League Cup).

En nette progression depuis l'arrivée du manager Argentin Mauricio Pochettino, l'équipe de Tottenham enchaîne lors de la saison suivante. Le Sud-coréen aussi. Buteur contre Dortmund (3-1) en Champion's League à Wembley, le domicile temporaire des Spurs en attendant la construction et la livraison du nouveau White Hart Lane, il récidive quelques jours plus tard face à Crystal Palace (1-0) et porte son total à vingt réalisations en Premier League. Avec ce chiffre, il devient le meilleur buteur asiatique de l'histoire de la Premier League battant le record établi par Park Ji-Sung à Manchester United (dix-neuf). Très en réussite, il égale aussi le record établi par Jermaine Defoe en 2004 en inscrivant cinq buts consécutifs à domicile. Cependant, Tottenham ne parvient toujours pas à remplir son armoire à trophée. Désespérément vide. Si le club atteint à nouveau le podium (troisième), les Spurs échouent en demi-finale de FA Cup et connaissent une désillusion en League Cup quand les Hammers renversent la vapeur pour s'imposer 2-3 après avoir été mené rapidement 2-0. Le parcours en Champion's League est plus réussi que l'an passé mais il s'achève cruellement dès les huitièmes. Les Anglais se heurtent au réalisme et à la froideur de la Juventus (2-2 / 1-2). Grâce à sa très bonne saison, le Sud-Coréen termine dans le top 10 des meilleurs buteurs du Royaume. Il s'agit d'une première pour un joueur originaire d'Asie. Et surtout, ses dirigeants lui proposent une prolongation de contrat de cinq ans.

Un attaquant toujours plus complet

Pour sa quatrième saison au Royaume-Uni, l'attaquant continue de traumatiser les défenses avec ses dribbles courts, ses longues courses, ses appels de balle dévastateurs ou encore ses lourdes frappes comme cette magnifique réalisation inscrite face à Chelsea (3-1) qui lui vaut le prix du but du mois de novembre de la Premier League. Pour pallier l'absence sur blessure de Harry Kane, son manager l'utilise en pointe. Sa vitesse, son réalisme et son excellente technique individuelle lui permettent de parfaitement assurer l'intérim. Les résultats en Premier League sont intéressants et Tottenham est dorénavant un membre régulier du Big 4. Mais l'équipe de Son Heung-min termine mal le championnat avec une série négative de cinq matchs sans victoire entre fin février et début avril qui l'oblige à céder leur place sur le podium à Chelsea. Ce coup de mou est sans doute une conséquence du superbe parcours continental des Spurs. Pourtant, le groupe B composé du FC Barcelone du PSV Eindhoven et de l'Inter Milan n'est pas vraiment un cadeau. Et les deux premiers résultats (défaites face aux Nerazzurri et Blaugranas) de la compétition ne sont pas pour rassurer les fans londoniens. Les hommes de Pochettino réussissent quand même à renverser la vapeur pour décrocher la seconde place pour les huitièmes de finale grâce à deux nuls et deux succès.  

« Je veux féliciter Son Heung-min, il est le meilleur joueur asiatique pour la troisième année d'affilée. Je suis amoureux de ce gars. Imaginez les gens qui sont ici avec lui depuis quatre ou cinq ans. Ce garçon est fantastique. » - José Mourinho

En février 2019, les revers initiaux sont bien loin quand Dortmund est balayé (3-0 / 0-1). Puis, le sort offre un duel anglo-anglais en quart de finale avec l'affrontement contre Manchester City de Guardiola. Les coéquipiers de Kun Agüero dominent la Premier League depuis bientôt deux ans. Même si City fait office de favori, les Spurs passent après un match retour épique (1-0 / 4-3) et une prestation majuscule pour le Coréen (auteur d'un doublé à l'Etihad stadium). Pour l'anecdote, l'unique réalisation de Son Heung-min lors du match aller est le premier but européen marqué dans la nouvelle enceinte de Tottenham. Peu avant, le Coréen avait déjà inscrit son nom en capitale comme le tout premier buteur du New White Hart Lane. Dans le dernier carré pour la première fois depuis 1962, le club anglais doit affronter la révélation de la compétition : l'Ajax Amsterdam. Les Bataves, tombeurs du Real Madrid, viennent s'imposer à Londres (0-1) mais finalement les Lillywhites renversent la vapeur et vont en finale pour la première de leur histoire suite à leur succès inespéré aux Pays-Bas (2-3). Malheureusement, Liverpool ne manque pas l'opportunité de remporter un sixième trophée européen (0-2). Lors de cette édition 2018/19, il devient le joueur asiatique le plus prolifique de l'histoire de la Champion's League avec douze buts devançant ainsi l'Ouzbek Maxim Shatskikh.

Sans doute perturbé par sa défaite en finale, et par la fin du cycle qui touche l'effectif, Tottenham rate complètement son début de saison avec seulement trois succès en douze journées de Premier League. Le début de saison de Son Heung-min n'est pas aussi brillant que les saisons précédentes. D'ailleurs, un fait de jeu va compliquer un peu plus ces débuts mitigés. Face à Everton, il est exclu pour avoir causé une grave blessure à la cheville de André Gomes. Terriblement choqué par cet incident, les images montrent qu'une glissade est à l'origine de la blessure et que le Coréen a causé involontairement cette situation dramatique. Initialement suspendu pour trois matchs, de nombreux intervenants médiatiques ont critiqué cette décision notamment l'ancien joueur d'Everton Kevin Kilbane. Après appel du club, la FA décide d'annuler la sanction administrative. De son côté, Mauricio Pochettino doit quitter son poste et José Mourinho lui succède. Le Sud-coréen est le premier buteur sous l'ère du manager lusitanien. Sa prestation contre West Ham (2-3) lui offre le titre d'Homme du match. Sous la direction du Portugais, il retrouve son sens du spectacle égaré au début de l'exercice comme contre Burnley où il passe en revue sept adversaires avant de battre Nick Pope. Son entraîneur le surnomme en conférence de presse « Sonaldo Nazario ». Avec Mourinho, Tottenham évolue dans un 4-2-3-1 où l'attaquant retrouve le poste d'ailier. Ce repositionnement lui permet d'améliorer ses stats en offrant davantage de passes décisives (dix) à ses coéquipiers. Et aussi devant le but avec une belle série de six buts consécutifs début 2020. Blessé à l'avant-bras (fracture), l'arrêt du championnat à cause du COVID-19 lui permet de récupérer et même de s'acquitter de ses devoirs militaires. Présent pour la reprise de la PL, il égalise dans le North London Derby (2-1) pour la plus grande joie des fans et clôture son total de buts à St James' Park contre Newcastle. Avec cinquante-et-un buts en cent-cinquante-et-un matchs de Premier League, Son Heung-min est le premier footballeur asiatique à atteindre et dépasser la barre des cinquante réalisations dans le championnat anglais.  

Auteur d'un parcours remarquable, Son Heung-min a validé toutes les étapes sans se griller en dépit d'une arrivée précoce dans un nouvel environnement et loin de sa famille. Joueur aux grandes qualités, professionnel au comportement exemplaire (enfin débarrassé de ses obligations militaires) et véritable icône dans son pays, il a prouvé qu'un joueur provenant du continent asiatique pouvait s'imposer en Europe et conquérir sa place dans une grosse cylindrée du championnat anglais. Seul petit bémol, son absence de palmarès en club. Une anomalie sûrement bientôt corrigée avec Tottenham ou ... ailleurs.