Passionné de football au point de fuguer pour réaliser son rêve, Sadio Mané a atteint les sommets avec Liverpool malgré les réticences familiales. Du Sénégal à l'Angleterre en passant par la France et l'Autriche, voici le périple de l'ailier surdoué des Reds. 

banlomag

Originaire de Casamance, une région agricole du sud du Sénégal où la riziculture domine l'activité économique et natif de la ville de Sédhiou, le jeune garçon tombe rapidement sous le charme du football. Ses idoles de jeunesse sont le Brésilien Ronaldinho et son compatriote El-Hadji Diouf. Mais cette passion dévorante pour le ballon rond n'est pas partagée avec sa famille et notamment son père. Imam du village, il n'a pas la même vision que son fils. Il essaie de l'en dissuader par tous les moyens, parfois même physiquement. À quinze ans, l'adolescent décide de s'émanciper de l'oppression familiale pour essayer de percer. Des années plus tard, l'international sénégalais évoque cette fugue : « J'ai fui le village pour aller à Dakar, sans que personne ne le sache. Et une semaine après, alors qu'ils me cherchaient partout, ils ont su que j'étais à la capitale et m'ont alors ramené au village ». Rattrapé et ramené au village, Sadio parvient néanmoins à infléchir la position paternelle. Il le persuade de le laisser partir pour tenter sa chance à M'bour. Considérée comme la plus grande ville de foot du pays, cette commune limitrophe de la station balnéaire de Saly attire des recruteurs venus de la capitale pour enrôler les jeunes talents. Avec son modeste équipement constitué d'un short et de vieilles chaussures, il séduit l'un des détecteurs lors des « navétanes » (championnats organisés entre quartiers). Envoyé vers l'Association sportive Génération Foot de Dakar, Mané tape immédiatement dans l’œil d'un des recruteurs lors des tests en dépit de sa timidité en dehors du terrain. Abdou Diatta déclare : « Quand j’ai vu son toucher de balle, je me suis dit, vraiment ça c'est un bon joueur. J'ai dit à Jules Boucher (NDLR : l'entraîneur) : celui-là, on le prend direct ». 

L'échec au FC Metz... et le rebond à Salzbourg

Très vite, les qualités de vitesse, de dribble, de percussion, d'enchaînements du joueur impressionnent. Cependant, il doit combattre sa réserve naturelle pour intégrer le groupe. Sur les conseils de son coach, il se fond dans la masse et parvient à tisser des liens de complicité avec ses coéquipiers. Aligné sur le flanc de l'attaque de son équipe, il participe à la montée du club en deuxième division à l'issue de la saison 2010/11. Partenaire principal de Génération Foot, le FC Metz saute sur l'occasion pour recruter cet ailier vif et percutant. À seulement dix-neuf ans, le Sénégalais rejoint le Vieux-Continent pour sa première expérience professionnelle. Dans l'Est de la France, son adaptation ne se déroule pas comme prévue. Diminué physiquement par une blessure contractée (pubalgie) en fin de saison précédente, la nouvelle recrue messine ne fait pas d'étincelle. D'autant plus qu'il cache son pépin physique animé par une grande volonté de réussir. Petite anecdote, il côtoie dans l'effectif son futur coéquipier en équipe nationale : Kalidou Koulibaly. En janvier 2012, il fait sa première apparition à domicile contre Bastia (0-1) et marque un splendide but à St-Symphorien après une course en solitaire contre Guingamp (2-5). Par ailleurs, la saison de Metz n'est pas bonne. Relégués en National en fin de saison, les Grenats ne s'opposent pas à son transfert vers le Red Bull Salzbourg au début de la saison suivante. D'autant que les Autrichiens posent sur la table la somme de quatre millions d'euros, soit le troisième plus gros transfert dans l'histoire du club lorrain. 

Ironie du sort, il débute avec ses nouvelles couleurs contre... son ancienne équipe. Au pied des Alpes de l'Est, le Sénégalais est métamorphosé. En pleine possession de ses moyens physiques, il démontre des qualités de finisseur insoupçonnées. Auteur de nombreux buts dont quelques triplés, il martyrise les défenses de Bundesliga autrichienne. Dans ce club spécialisé dans la post-formation, il devient très vite un titulaire indiscutable. Avec un bilan comptable très favorable de seize buts et sept passes décisives, Sadio réalise une première année très intéressante. Cependant, le titre de champion lui échappe mais la place de dauphin lui permet de participer à sa première campagne européenne de Champion's League. En une saison seulement, il passe du National en France à la plus prestigieuse compétition continentale. L'aventure tourne court pour les hommes de Roger Schmidt, incapables de passer l'écueil du tour préliminaire face aux Turcs de Fenerbahçe (1-1 / 3-1). Reversé en Europa League, Salzbourg réalise un parcours honorable finissant premier de son groupe devant les Scandinaves d’Esbjerg et Elfsborg et les Belges du Standard de Liège et en éliminant les Bataves de l'Ajax Amsterdam (0-3 / 3-1). Le FC Bâle stoppe cette belle course en seizièmes de finale (0-0 / 1-2). Sur le plan domestique, Mané et ses coéquipiers parviennent à reprendre leur couronne nationale à l'Austria Vienne. Toujours aussi efficace avec treize réalisations, l'ailier se montre aussi altruiste en produisant douze assists à ses coéquipiers et ouvre son palmarès avec ce titre. 

Southampton comme tremplin

Ses statistiques et son influence sur l'attaque de Salzbourg amènent plusieurs équipes à s'intéresser à ce joueur technique et efficace face au but. Les Saints de Southampton remportent la mise avec un transfert estimé à environ quinze millions d'euros. À vingt-deux ans, trois après son arrivée en Europe, le Sénégalais découvre un nouveau football, un nouveau championnat et une nouvelle culture. Sur la côte sud du Royaume, son impact est immédiat. Ainsi lors de sa première apparition pour son nouveau club en League Cup contre Arsenal, il obtient un penalty décisif pour la victoire (2-1). Quelques jours plus tard, Mané offre un but à Ryan Bertrand contre QPR. Et il ouvre son compteur personnel en deux temps... officiellement contre Stoke City même si le Sénégalais avait déjà officieusement marqué contre Sunderland la semaine précédente. Une réalisation finalement créditée à Van Aanhold comme but contre son camp. Élément important de l'attaque des Saints, il en profite pour s'offrir un record de rapidité appartenant jusqu'alors à Robbie Fowler. En l'espace de deux minutes et cinquante-six secondes, il bat le gardien de Villa à trois reprises (6-1). Il s'agit du coup du chapeau le plus rapide de Premier League. Le précédent record était de quatre minutes et trente-trois secondes. Avec dix buts au total, sa saison est une belle réussite. Tout comme celle de son club (septième). 

Mané commence l'exercice suivant sur les mêmes bases avec notamment deux passes décisives et un but lors de la double confrontation face aux Néerlandais du Vitesse Arnhem (3-0 / 0-2) mais à la surprise générale Midtjylland empêche les Anglais de continuer leur chemin européen. En fin d'année, il s'illustre à nouveau pour sa précocité à marquer. Cette fois, Liverpool encaisse un but après seulement trente-neuf secondes de jeu. Comme l'année précédente, il écope d'une suspension de la part de Ronald Koeman pour être arrivé en retard à une réunion d'avant-match. Hormis ces petits problèmes disciplinaires isolés, Mané conserve la confiance de son coach. Cependant, il connaît une petite période de disette (quatre mois) sans marquer, mais il se réveille contre les Reds et inscrit un doublé pour une belle victoire (3-2). Par la suite, il marque cinq réalisations lors des cinq rencontres suivantes dont un triplé contre City (4-2). Au terme de la saison, Sadio termine co-meilleur buteur de l'équipe en PL avec Graziano Pellè (onze) mais s'offre le titre honorifique de meilleur buteur de Soton toutes compétitions confondues (quinze). Ses bonnes prestations depuis deux saisons, notamment contre Liverpool, font de lui un homme très convoité. Ardemment désiré par Jürgen Klopp, les dirigeants liverpuldiens font une offre de trente-six millions d'euros pour s'attacher ses services.

La consécration à Liverpool

Avec ce transfert, Mané devient le troisième sénégalais à porter la mythique tunique rouge après Salif Diao et son idole de jeunesse El-Hadji Diouf, mais surtout le joueur africain le plus cher de l'Histoire. Comme deux ans auparavant à Southampton, son adaptation se passe très bien. Sa vivacité, ses dribbles, sa technique et son sens du but séduisent les fans des Reds fins connaisseurs en bons joueurs de football. Il s'impose facilement dans le onze et forme un redoutable trio offensif avec Firmino et Coutinho. Le Sénégalais débloque son compteur face à Arsenal (4-3) en signant le quatrième but de son équipe. Aligné sur le flanc gauche de l'attaque, il n'hésite pas à plonger dans le dos des défenseurs pour prendre les espaces libérés par Firmino. Auteur de l'unique but du 227e derby du Merseyside, cette réalisation tardive offre une précieuse victoire à Goodison Park pour le plus grand bonheur des supporters. Spécialiste des buts rapides, il claque deux buts en deux minutes contre Tottenham à Anfield pour la première victoire en 2017. Sa première saison dans le Nord-Ouest du pays est une réussite (treize buts et cinq assists) et, même si une blessure l'empêche de pouvoir prendre part à la fin du championnat, il reçoit plusieurs récompenses honorifiques comme sa nomination dans l'équipe-type PFA de la saison ou le prix du joueur de la saison du club.

Avec l'arrivée de l’Égyptien Mohamed Salah, le trio offensif se transforme en quatuor jusqu'au départ du Brésilien Coutinho pour le Barça à l'intersaison hivernale. Le Liverpool de Klopp pratique un football particulièrement séduisant et porté vers l'attaque. Cependant, en dépit des prouesses offensives, l'équipe du manager allemand concède trop de buts pour prétendre conquérir le titre qui les fuit depuis plusieurs décennies. Pour améliorer son équipe, Virgil van Dijk est ciblé. Si le Néerlandais est bloqué au mercato estival, son club cède et le vend en janvier contre la somme astronomique de soixante-dix millions de livres. De son côté, Sadio Mané produit un exercice très intéressant. Avec ses compères de l'attaque, surnommés « Fab Four » puis « Fab Three » (en référence aux Beatles) à partir de janvier, il régale en marquant ou faisant marquer. En avril 2018, Sadio dépasse le record de Demba Ba (quarante-trois) et devient le meilleur buteur sénégalais de l'histoire de la Premier League. Liverpool doit cependant se contenter de la quatrième position au classement. Le parcours européen des Reds, habitués à bien figurer en C1, les emmène jusqu'en finale après avoir sorti Hoffenheim lors du tour préliminaire, avoir fini premier d'un groupe composé de Séville, du Spartak Moscou et de Maribor et enfin avoir éliminé successivement Porto, Manchester City et la Roma. En finale, même si Mané égalise et devient le premier sénégalais à marquer lors de la dernière marche de la compétition européenne, Liverpool cède contre le Real Madrid (4-1). 

La déception est grande pour les Reds. Après avoir renforcé sa défense, Klopp cible le poste à renforcer lors de l'intersaison suivante : le gardien. Pas exempt de tous reproches, Karius est remplacé par le Brésilien Alisson réputé pour ses arrêts sur la ligne et son jeu au pied. Le milieu de terrain est aussi upgradé avec les arrivées de Fabinho et Naby Keïta. Liverpool et Manchester City se livrent une bataille de haut vol pour le titre dans une saison où de nombreux records vont être égalés ou battus. Sadio Mané continue sur ses standards avec de nombreuses réalisations. Avec vingt-deux buts, il est co-meilleur buteur de la saison avec son coéquipier Salah et le Gunner Aubameyang. Au cours de cette saison, il en profite pour devenir le cinquième joueur de Liverpool à marquer en six apparitions consécutives en Premier League à domicile, après Michael Owen, Fernando Torres, Luis Suárez et Mohamed Salah. Si les joueurs de l'ancien coach de Dortmund laissent échapper le titre pour un point, ils ne laissent pas passer l'opportunité d'ajouter une sixième Coupe des Clubs Champions au palmarès du club. Un parcours marqué par plusieurs défaites lors de la phase de groupe (trois) mais également par une remontada en demi-finale à l'encontre du FC Barcelone. Malgré une avance de trois buts acquise au Camp Nou, les Catalans sont balayés à Anfield (4-0) au terme d'un match de folie. La finale face aux Spurs, dans un duel anglo-anglais, tourne à l'avantage des coéquipiers du Sénégalais (2-0). 

Avec ce titre européen, Sadio Mané entre dans la catégorie des joueurs de classe mondiale. Ses incessantes accélérations, son réalisme, sa générosité et sa créativité sont salués par ses pairs et les médias. Le Sénégalais entre un peu plus dans la légende des Reds grâce au titre de Premier League acquis à l'issue de la saison 2019/20. Comme la saison précédente, Liverpool et City se livrent un mano a mano excluant rapidement les autres équipes. Mais contrairement à l'édition 2018/19, les coéquipiers de Mané ne cèdent pas face aux Cityzens de Guardiola. D’août à mars 2019, ils ne concèdent qu'une seule défaite et un nul pour vingt-six succès. Avec vingt-et-une victoires consécutives à domicile, ils partagent un record avec l'équipe de Bill Shankly datant de 1972. Un record battu et porté à vingt-deux succès grâce à un but de Mané. Liverpool a également établi un nouveau record en Premier League avec dix-huit victoires consécutives. Mais l'interruption de la compétition en raison de la pandémie de COVID-19 laisse planer le doute sur l'issue du championnat (report, classement figé ou annulation pure et simple). La malédiction planant sur les rives de la Mersey depuis le dernier sacre en 1990 est finalement vaincue après la reprise de la PL fin juin. Malgré une large déroute à l'Etihad Stadium contre son futur dauphin (4-0), Liverpool remporte ENFIN le titre de champion. Une première pour le club depuis la création de la Premier League. Parmi les autres trophées remportés lors de cette magnifique saison, nous pouvons ajouter la Super Coupe de l'UEFA où Sadio inscrit un doublé contre Chelsea (2-2 / 5-4 tab) et le Mondial des Clubs contre Flamengo (1-0 ap). Les Reds cèdent leur couronne européenne au Bayern après un parcours moins glorieux que le précédent (élimination en huitièmes de finale par l'Atlético de Madrid). Néanmoins, Mané est distingué avec l'obtention du titre de footballeur africain de l'année de la CAF. Ainsi, il est le second sénégalais à remporter ce prix après un certain El-Hadji Diouf. Avec un bilan très flatteur de quatre-vingt cinq buts et vingt-huit passes décisives en cent soixante-dix-sept apparitions, Sadio Mané est entré dans le panthéon des Reds.

De son Sénégal natal à Liverpool, Sadio Mané a traversé beaucoup d'écueils pour atteindre les sommets. Après l'échec à Metz, le Sénégal a rebondi en Autriche puis s'est imposé en Angleterre comme l'un des meilleurs attaquants de sa génération. Dribbleur à la technique irréprochable, il ajoute à son panel une qualité de finition haut dessus de la moyenne pour un joueur de couloir. À seulement vingt-huit ans, il a encore de belles années devant lui pour garnir son palmarès et pour (peut-être) devenir le deuxième joueur africain à soulever le Ballon d'Or.